Chevalier François de Gosson cour.

C'est en l'an de grâce 1997, avec une fonction de Hérault, que Messire François fit ses premiers pas au cœur de la chevalerie.

Son devoir étant d'annoncer les combattants ainsi que leur fait d'arme lors de tournois mais aussi de connaître l'histoire de la chevalerie.

Après plusieurs saisons, il prit place dans la tribune en tant que Roi d'armes, juge souverain sur la lice. C'est avec beaucoup d'impartialité qu'il arbitrait les combats. Pour cette raison, lorsque son fils Isi des Mont entrait en lice, il se retirait momentanément de la maréchalerie.

En l'an de grâce 1999, Messire François fut élevé au rang d'Ecuyer par le Chevalier Dévoué Patrizia de Ste Marie et de Lecce. Il continua cependant à assurer son poste lors de journée médiévale.

Le 4 octobre de l'an de grâce 2004, au sein du domaine de Mozet en province de Namur, il fut armé Chevalier par le Chevalier José de Butgenbach, le Chevalier Monika du Lac, et le Chevalier Dévoué Patrizia de Ste Marie et de Lecce.

Il sera connu depuis lors par ses frères sous le patronyme :

Chevalier François de Gosson cour.

Mortem transit est

Description

De sinople au noeud sans fin de sable bordé d'argent senestré de l'écu de sable au Graal d'argent accosté de deux rêches d'argent, orlé d'argent en chef.

Symbolique

Dans les traditions celtiques, chinoises et hindoues, le noeud sans commencement ni fin, que rien ne peut dénouer, signifiait la permanence, la longévité, l'éternité.

Ce motif se trouvait fréquemment sur les robes de mariage et les bijoux.

A l'instar des labyrinthes, les noeuds illustrent les difficultés rencontrées pour parvenir à l'illumination.